PUBLICATIONS

 

 

ART EN VIE
Geneviève Carles et Franck Dumuzois
présentent
du 25 Juin au 25 Juillet 2021

FLORENCE AUSSENARD
SOLSTICES

 

« La végétation ne connaît pas de contradiction. Il vient des nuages pour contredire le soleil du solstice. Aucune tempête n'empêche l'arbre, à son heure, de devenir vert.»

L'Air et les Songes (1934) - Gaston Bachelard

 

Une matière de lumière, par essence changeante, ou la peinture opére une captation, l’élève et la fige...Une évocation de la texture d’un souvenir dont la distance n’atténuerait pas l’éclat, le nimbant au contraire de l’éblouissant imaginaire. Florence Aussenard - 2021

 

Comite Central Agricole de la Sologne
18 Avenue de la République 41600 Lamotte-Beuvron

 


GHOSTS OF AMERICA

Fantôme, du grec phantasma, de ces humeurs sombres qui hantent les limbes de nos sociétés vieillies, des spasmes au déploiement insondable d’avant la mue, ou l’Apocalypse...le reflet en sursaut d’un golden dream déliquescent, un rappel en écho à cette conscience sombre et puissante des racines. Une temporalité qui s’affole, poussée hors la nécessaire gestation du vivant.... Etas-Unis, 2017, sidération provoquée par un scénario inédit mettant en scène l’arrivée aux plus hautes fonctions du milliardaire animateur, l’élection de Donald Trump provoque un séisme mondial. Comme le ferait une glaciation soudaine, ce temps pétrifié tend à convoquer des séquences mémorielles, l'envie de revenir vers ce qui fait écho en nous dans cet imaginaire américain, en esquisser les contours, cette empreinte indélébile du rêve étoilé...


SORRY ANGELS

La fatalité du noir, genre de malédiction primale, ou s’incarnent des destinées humaines, par l’image de personnages en errance entre deux mondes.

Un espace temps virtuel mais aussi en lien à nos racines, celle du premier homme, et son indéfectible appartenance à sa terre.

Un espace, jardin sans frontières minéral et cosmique, parfois totemnique, figé dans le temps par ce noir et blanc cisaillé de la gravure, éclairé par les astres parfois multiples l’or des luminaires d’un panthéon imaginaire...

ATTENTION : compte-tenu des standards des réseaux, cette publication est en accès restreint et demande une identification...


FA PEINTURES 2011/14

 

"Il est des parcelles de lieux où l'âme rare subitement exulte. Alentour ce n'est qu'espace indifférent. Du sol glacé elle s'élève, déploie tel un chant sa fourrure, pour protéger ce qui la bouleverse, l'ôter de la vue du froid."

 

Commune présence (1964) René Char

les vers de Char en incipit, et un retour sur mes premières années de peintre autodidacte