TRANFERT, ENCRE ET DIGITAL SUR TOILE
TRANFERT, ENCRE ET DIGITAL SUR TOILE

VICTORIAN JOURNEY

There are fairies at the bottom of our garden

"Le merveilleux,dérive de merveille, mirabilia, qui lui-même dérive de miror, mirer, se mirer, admirer, admirable, merveille et ses dérivés miracle, mirage, enfin miroir . Inversement, ce que l’on entend par merveille, ou plutôt ce que l’on traduit par merveille en Grande-Bretagne, relève d’une double allégeance à la fantasy et à la féerie, du latin phantasia, autrement dit, des pouvoirs de l’imagination.

La Renaissance féerique victorienne remet un genre ancestral sur le devant de la scène, et en profite au passage pour en faire le véhicule d’une réflexion ou d’une résistance face aux possibles dérives matérialistes ou inégalitaires d’une société en pleine transformation.

Attirant l’esprit humain dans un univers irréel, elle est une porte ouverte sur un monde autre où tout est permis. En décrivant les expériences d’enfants dans des mondes merveilleux affranchis de toute réalité temporelle, spatiale ou sociale identifiable, les écrivains peuvent donner libre cours à leur imagination et à leur désir d’échapper au conformisme ambiant.

Mais ils peuvent aussi à leur aise parodier le monde qui les entoure ou bien le transformer en monde idyllique, voire en utopie sociale. Dénoncer les travers de la société signifie aussi pour certains auteurs, résister aux impératifs idéologiques ou sociaux qui la sous-tendent en présentant le destin d’individus qui refusent de s’y soumettre. Il ne s’agit plus de démontrer en présentant l’excès puni mais en présentant un autre modèle possible."

 Le genre féerique illustré à l’époque victorienne : splendeurs et déclin d’un genre entré en résistance

“Fairy Tale never Dies” ... but Wanes.  Audrey Doussot

VICTORIAN TRIBES

 

Une série dont le déclic a peut être été une photo, la découverte de Miss Oatman dans ce village de l’Arizona qui porte son nom et fut le théâtre d’une fièvre de l’or éphémère...

 

Olive Oatman fut capturée par une tribu indienne avec sa jeune sœur après avoir vue sa famille massacrée... elle est par la suite échangée et adoptée comme leur fille par le chef d’une tribu, les Mojave, par qui elle sera dûment tatouée, rituel destiné à lui assurer une protection pour un passage serein dans l’after-Life.

 

La photo la plus célèbre d’Olive probablement prise aux alentours de 1870 montre la belle dans des atours victoriens seyants, dont la sophistication fait un contraste saisissant avec ce tatouage tribal qu’elle gardera à vie...

VICTORIAN TRIBE - acrylique encre et transfert sur toile de jouy - 40x40 CM

Michel Leiris envisage le merveilleux dans son rapport à la réalité monotone, à la fois comme un outil et un transport, unique corde permettant de remonter « d’un puits trop étroit » pour se hisser vers l’aventure. Edith Nesbit, un siècle plus tôt, le représentait comme un accessoire, en l’occurrence un rideau, tendu entre le monde magique et le monde réel et dont les accrocs permettaient d’apercevoir, une dimension parallèle...

DESSINS et digital sur papier - formats variés


DESSIN, COLLAGE ET DIGITAL SUR PAPIER - 46X32 CM
DESSIN, COLLAGE ET DIGITAL SUR PAPIER - 46X32 CM

MEMENTO MORI

dessin et huile sur motif original imprimé sur toile 30x30 cm

ALBA / NIGRA

ALBINISME ET MELANISME

Huile, acrylique, stencil et posca sur carton

collage et stencil sur carton emballage
collage et stencil sur carton emballage

dessins et digital - impression sur carton


DESSINS NUMERISES - impression papier