2016 / HEATHEN 

Le fait d’instituer en monothéïstes une seule et unique immanence divine à dimension anthropomorphique rompt de fait le lien avec la Nature autrefois théâtre, ordonnatrice et actrice du sacré. De l’humilité dans lequel le tenait l’immensité du ciel et la puissance des manifestations naturelles, l'Homme s’est juché sur un piédestal de conquérant, enfin doté des moyens supposés d’asservir le "sauvage", qu’il soit de l’ordre du végétal, de son territoire, ou de son insemblable rejeton tribal. On assiste au 20ème siècle aux premières conséquences quantifiables de cette arrogance...Une terre enfumée qui suffoque, étouffe et dérégule ses saisons autrefois sempiternelles...Déjà coupé de ses liens "naturels", l’homo modernus en vient à se couper aussi de ses attaches familiales. L’idée d’une continuité, d’une communauté de par les liens du sang vole en éclat dans l’espace urbain cloisonné, atrophié Perdant le culte de ses ancêtres, il s’isole. Volent en éclat aussi les dernières barrières éthiques liés à une pratique religieuse devenue fossile. Qu’importe d’être un homme bien, il faut posséder ce pourquoi le système t’a mis en scène, conditionné à devenir...les seules affres de l’enfer sont à ses yeux la pauvreté. Plus de châtiments cosmiques, de comptes à rendre, ni dieu, ni maitre réclamais tu, mais tu es seul! Enfui de ta destination primordiale, définitivement perdu pour ton paradis originel. FLORENCE AUSSENARD


huile acrylique et stencil sur lin

MIXED MEDIA

La distinction entre visible et invisible n’est ici aucunement opérante. En paganisme, tout fait signe : on est dans le monde de la signification quotidienne, singulière et générale, monde gorgé de sens et grouillant de dieux et d’esprits. Et ce monde ne s’étaye sur aucun principe d’extériorité pour légitimer son ordre et son histoire, le monothéisme intervient en puissance et arrogance au plein de cet univers où la pluralité des dieux et des sens dessine un paysage vulnérable et fragile – le paganisme, ou la "religion des vaincus". Plus exactement, une religion vaincue parce que capable d’une exceptionnelle vertu de tolérance qui lui interdit de se transformer en passion missionnaire. MARC AUGÉ - Génie du paganisme

The distinction between visible and invisible is by no means operative here. In paganism, everything is a sign: we are in the world of everyday meaning, singular and general, world full of meaning and teeming with gods and spirits. And this world does not rely on any principle of externality to legitimize its order and history. Monotheism intervenes in power and arrogance at the height of this universe where the plurality of gods and senses draws a vulnerable and fragile landscape - paganism, or the "religion of the vanquished". More exactly, a religion conquered because capable of an exceptional virtue of tolerance that forbids it to become a missionary passion.

MARC AUGÉ - Génie du paganisme


graphite, acrylique, gesso et sencil sur carton kraft - 50X60 Cm

GRAPHITE, ACRYLIQUE, GESSO et stencil SUR CARTON KRAFT - 50X60 Cm

HEATHEN /PAÏEN - L’animisme, du latin animus, est la croyance en une âme, une force vitale, animant les êtres vivants, les objets mais aussi les éléments naturels, ainsi qu'en des génies protecteurs.